« L’encyclopédie médicale définit la vie comme étant l’interaction régulée de tous les processus accomplis par les enzymes dans le corps humain. En conséquence, la maladie est, de manière logique une perturbation de cette interaction harmonieuse des enzymes » Journal du CINAK (Centre international de neurologie appliquée – Février 2008)

Enzyme vient du grec EN (dans) ZUME (levain).

C’est dans la levure, substance chargée en micro organismes capables de transformer le sucre en alcool, que les premières enzymes ont été identifiées.

Notre organisme possèderait environ 16 000 enzymes différentes dans chaque cellule. Appelées aussi ferments ou diastases par le Dr Kousmine, ces molécules, principalement d’origine protéiques , gagnent à être connues car elles sont quelque part les garantes de notre vitalité.

Les ingénieurs chimistes de notre corps

Les enzymes régissent l’ensemble des réactions chimiques de notre corps, cette biochimie qui génère la vie.

Le rôle d’une (un) enzyme est d’aider nos cellules à produire quotidiennement quelques 200 millions de réactions chimiques : Digestion, transformation, construction, destruction, conduction, détoxification … Sans les enzymes toutes ces opérations se feraient mais de façon si laborieuse qu’elles ne permettraient pas la vie.

Pour être concret, prenons l’exemple d’un morceau de sucre blanc jeté dans un café. Le sucre est composé de molécules de saccharose. Celui-ci ne peut pas être assimilé par l’organisme tel quel. Ni l’eau, ni la chaleur, ni le tourbillon provoqué par la cuillère ne parviendront à « casser » ce saccharose en deux molécules plus petites : glucose et fructose qui, elles, pourront arriver jusqu’à vos cellules. Seule l’intervention d’une enzyme spécifique, la saccharase, permettra de couper le saccharose.

Différentes classes d’enzymes sont à distinguer :

  • Les enzymes digestives : produites par les organes digestifs, elles agissent tout le long du tube digestif : bouche, estomac, intestin. Leur rôle est de procéder à la digestion des aliments.
  • Les enzymes métaboliques : fabriquées par notre organisme à partir d’acides aminés, elles régissent toutes les réactions chimiques de nos cellules.
  • Les enzymes alimentaires : présentes dans les aliments crus, les produits lacto-fermentés et les graines germées. Avec leurs propres enzymes, ces aliments peuvent « s’auto digérer ».

Comment fonctionnent de nos enzymes ?

L’enzyme est une protéine qui possède un site actif spécifique sur lequel va venir s’accrocher la molécule à transformer appeler le substrat. On pourrait comparer ces deux molécules à des pièces de puzzle qui doivent rigoureusement s’imbriquer l’une avec l’autre ou bien à des clefs face à des serrures. C’est ce qu’on appelle la spécificité de l’enzyme, elle n’agit que sur un seul substrat.

11a497ff73_enzyme-site-actif
Schéma simplifié d’une réaction enzymatique

De plus, pour qu’une réaction biochimique puisse avoir lieu, il faut réunir plusieurs conditions :

  • Une température optimale au environ de 37°.
  • Un pH adapté à l’enzyme, selon son lieu d’action (estomac acide, intestin basique…).
  • Des coenzymes ou cofacteurs.

La plupart des enzymes ne sont pas fonctionnelles sans l’intervention des co-enzymes ou co-facteurs qui sont soit :

  • Des minéraux ou oligo-éléments comme le magnésium, le calcium, le manganèse, le fer, le cuivre, le zinc … pour les cofacteurs.
  • Soit des dérivés des vitamines et plus spécifiquement des vitamines B pour les coenzymes.

Leur rôle est capital dans les cascades enzymatiques, c’est-à-dire des réactions en chaîne pour transformer un produit A en un produit B.

Stimuler et protéger nos fonctions enzymatiques

Chaque être humain possède son propre capital enzymatique emmagasiné pendant la grossesse et la période de l’allaitement qui peut, d’ailleurs, être très différent d’une race à l’autre.

Les réactions chimiques étant des réactions en chaîne dites « cascades enzymatiques », il est aisé de comprendre que, soit le manque d’enzyme ou celui de vitamines et minéraux, aura des conséquences évidentes sur notre santé : troubles digestifs, fatigue, allergies, dépression, problèmes cutanés, inflammation chronique …

De même que la pollution, le stress, l’alcool, le tabac, les médicaments, les fortes cuissons, les radiations, la chimiothérapie… sont de terribles ennemis pour les enzymes.

Mais l’adversaire le plus terrible, c’est l’alimentation moderne, une alimentation qui n’apporte ni enzymes, ni vitamines, ni minéraux mais à l’inverse un tas de substances que nos enzymes ne reconnaissent pas et savent pas dégrader.

Emmanuelle Lerbret – Naturopathe

L’Atelier Naturo