Recherche

Plus zen la vie

Prenez en main votre bien-être

Catégorie

Nutrition

Comment se passer de viande rouge, comment baisser sa consommation et varier ses sources de protéine ?

Actuellement dans nos pays, nous mangeons deux fois plus de protéines qu’il nous est nécessaire. Et la principale cause de ce constat c’est notre surconsommation de viande rouge. Nous savons que pour être en bonne santé, les protéines contenues dans la viande rouge sont cruciales à notre équilibre alimentaire. Toutefois, le courant actuel nous encourage à questionner son rôle dans notre alimentation, notamment l’apport de bon et le mauvais cholestérol, et si de nouveaux modes de consommation ne sont pas à envisager.

Idées fausses

Tout d’abord il faut balayer les idées fausses telles que sans viande rouge nous subirions des carences nutritionnelles. Il n’en est rien. Il suffit pour cela de rééquilibrer notre alimentation et de remplacer tout simplement les protéines de la viande par celles contenues dans de nombreux autres aliments. Il n’est pas question ici non plus de la supprimer mais plutôt de s’informer sur de nouvelles sources d’aliments protéinés.

Sources de protéine

Tout d’abord il ne faut pas oublier que les œufs, le poisson et les produits laitiers sont également sources de protéine. Mais elles sont aussi d’origine animale et c’est en ceci que certains ne les considèrent pas comme une bonne alternative. C’est donc la combinaison légumineuses + céréales qui pourrait être la solution idéale au problème. Non seulement tous les acides aminés indispensables à notre bon équilibre y sont présents, mais en plus ils apportent fibres, oligoéléments et nutriments, souvent déficitaires dans notre alimentation.

Changer nos habitudes

Le repas traditionnel steak frites c’est fini, même si il est toujours apprécié. Nos habitudes alimentaires ont rapidement évolué ces dernières années et le monde s’est ouvert sur des cuisines qui nous ont appris à nous passer de la viande rouge. Couscous (céréale)/pois chiches (légumineuse), tortilla/haricots rouges, riz/soja, les combinaisons sont multiples et permettent d’expérimenter de nouvelles recettes venues de la planète entière où la viande rouge n’est plus l’ingrédient principal comme dans notre cuisine traditionnelle. Changer les habitudes n’est plus un challenge mais devient une aventure passionnante.

Un nouvel équilibre

Aujourd’hui, il est quasi impossible d’être carencé en protéine lorsqu’on diminue ou supprime la viande. À moins de ne manger que des fruits ou des produits raffinés, remplacer la viande ne présente pas de risque de carence nutritionnelle. Pain, céréales, légumineuses, fruits à coque, les protéines sont partout. Alors, pourquoi ne pas commencer un jour par semaine et expérimenter. Internet regorge de recettes, les livres de cuisine du monde entier proposent tous de nouvelles façons de cuisiner sans viande rouge et qui feront la différence entre le bon et le mauvais cholestérol , et les restaurants proposent de plus en plus de plats centrés sur les légumes. Commencez à garnir vos étagères d’huiles, d’épices et d’herbes qui donneront un nouveau goût à vos plats.

Salades aux noix et soupes d’haricots, légumes farcis de riz ou couscous, risottos aux multiples combinaisons…sans viande rouge, l’imagination et la santé sont enfin au pouvoir.

Apéro Naturo le 25 mars : Conférence et échanges autour d’un apéritif sain et gourmand

La meilleure façon de manger : Quelle alimentation pour une santé durable ?

Aujourd’hui, nous ne pouvons ignorer qu’il existe un lien important entre notre alimentation et notre santé et  l’acte de se nourrir ne doit pas se résumer à introduire des aliments dans notre bouche.

« La meilleure façon de manger » permet de faire le point sur nos besoins, les liens entre alimentation et maladies et apporte des clefs pour faire des  assiettes saines et équilibrées au quotidien.

Programme :

  • 19h15 : Accueil
  • 19h30 : Début de la conférence
  • 20h45 : Echange autour d’un verre
  • 21h15 : Fin

19662f5Emmanuelle Lerbret naturopathe vous accueillera dans son atelier naturo, un lieu chaleureux et convivial. Lors de cette soirée, elle vous proposera un éclairage sur la meilleure façon de vous alimenter et vous fera gouter quelques recettes saines et gourmandes.

Informations pratiques

Inscription en ligne :

Date : vendredi 25 mars de 19h15 à 21h15

S’inscrire à la conférence naturo pour pouvoir y participer : http://goo.gl/forms/8ZzvbOlW7p

Tarif :  10 euros par personne (règlement sur place)

Lieu : L’atelier Naturo, 2 rue Bernard Palissy 92800 Puteaux

Plan d’accès

Transports :

Gare Puteaux : SNCF ligne L ou Tramway T2 – 400m

Bus : 141 – 158  (Arrêt Palissy) – 300 m

Voiture : Parking Public Offenbach rue Cartault ou Autolib gare de Puteaux

Capacité : 17 personnes maximum

Qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

Aujourd’hui nous allons parler cuisine mais pas n’importe laquelle. J’ai envie de vous parler cuisine bio, nutritive et à la fois gourmande. J’ai participé le 20 février dernier à l’atelier culinaire d’Emmanuelle LERBRET, naturopathe de profession et contributrice dans notre rubrique Alimentation durable. Suite à cet atelier je vous livre dans ces quelques lignes une recette gourmande et rapide à préparer.

En ce samedi 20 février pluvieux, je me suis rendu à cet atelier pour mieux comprendre les bienfaits d’une cuisine plus proche de nos besoins nutritionnels et gourmande. L’ambiance était chaleureuse et j’ai pris beaucoup de plaisir à apprendre de nouvelles façon de cuisiner. Je parts du constat que nous pouvons manger une alimentation plus respectueuse de notre corps sans se privé.

J’ai découvert de nouvelles saveurs en cuisinant avec les participantes 5 recettes à tomber à la renverse. Je vous livre sans plus attendre celle qui m’a le plus séduite et impressionner. La tarte sarrasine aux brocolis.

En lieu et place d’une pâte à tarte classique, vous utilisez les galettes de sarrasin. La tenue est parfaite en fin de cuisson et le résultat est fort sympathique. Moi qui suis fana de galette, je n’en suis pas revenu.

Les avantages des galettes de sarrasin

Les galettes de sarrasin sans gluten, sans graisse et sans sucre ajouté vont faire office de pâte à tarte. Cette tarte aux légumes contient aussi des protéines (œuf, fromage, soja) et constitue un plat complet accompagnée d’une salade.

La recette de la tarte sarrasine aux brocolis, roquefort et noix

Cette recette est à servir avec une salade d’endives à l’huile de noix et à la ciboulette.

Ingrédients

  • 500g de brocolis surgelés
  • 100g de roquefort (à défaut bleu d’auvergne)
  • 3 œufs
  • 1 poignée de noix
  • 1 brick de crème soja cuisine (250ml)
  • 3 galettes de sarrasin
  • sel

Préparation

  • Mettre les brocolis surgelés 10 mn dans le cuit-vapeur et faire chauffer le four à 180°.
  • Dans une casserole mettre la crème de soja à chauffer et y faire fondre le roquefort
  • Ajouter les œufs, bien mélanger et ajuster l’assaisonnement
  • Superposer 3 galettes de sarrasin dans une tôle
  • Garnir les galettes avec les brocolis et les noix et napper de la préparation
  • Enfourner 15/20 mn

Les variantes

Épinards, champignons, estragon.
Ratatouille surgelée, olives noires.
Courgettes, pesto, pignons.

Je vous dis à bientôt pour partager avec vous une nouvelle recette de cuisine bio. Normalement le mois prochain je vous parlerais recette de cuisine à base de soja. Si vous souhaitez vous aussi participer à un atelier de cuisine à l’Atelier Naturo, rendez-vous le samedi 12 mars à l’atelier Naturo Cook « Le soja dans tous ses états » à partir de 11 heures.

Voir le programme des activités de l’Atelier Naturo sur le site d’Emmanuelle LERBRET

L’activité enzymatique : les clefs de la vie

« L’encyclopédie médicale définit la vie comme étant l’interaction régulée de tous les processus accomplis par les enzymes dans le corps humain. En conséquence, la maladie est, de manière logique une perturbation de cette interaction harmonieuse des enzymes » Journal du CINAK (Centre international de neurologie appliquée – Février 2008)

Enzyme vient du grec EN (dans) ZUME (levain).

C’est dans la levure, substance chargée en micro organismes capables de transformer le sucre en alcool, que les premières enzymes ont été identifiées.

Notre organisme possèderait environ 16 000 enzymes différentes dans chaque cellule. Appelées aussi ferments ou diastases par le Dr Kousmine, ces molécules, principalement d’origine protéiques , gagnent à être connues car elles sont quelque part les garantes de notre vitalité.

Les ingénieurs chimistes de notre corps

Les enzymes régissent l’ensemble des réactions chimiques de notre corps, cette biochimie qui génère la vie.

Le rôle d’une (un) enzyme est d’aider nos cellules à produire quotidiennement quelques 200 millions de réactions chimiques : Digestion, transformation, construction, destruction, conduction, détoxification … Sans les enzymes toutes ces opérations se feraient mais de façon si laborieuse qu’elles ne permettraient pas la vie.

Pour être concret, prenons l’exemple d’un morceau de sucre blanc jeté dans un café. Le sucre est composé de molécules de saccharose. Celui-ci ne peut pas être assimilé par l’organisme tel quel. Ni l’eau, ni la chaleur, ni le tourbillon provoqué par la cuillère ne parviendront à « casser » ce saccharose en deux molécules plus petites : glucose et fructose qui, elles, pourront arriver jusqu’à vos cellules. Seule l’intervention d’une enzyme spécifique, la saccharase, permettra de couper le saccharose.

Différentes classes d’enzymes sont à distinguer :

  • Les enzymes digestives : produites par les organes digestifs, elles agissent tout le long du tube digestif : bouche, estomac, intestin. Leur rôle est de procéder à la digestion des aliments.
  • Les enzymes métaboliques : fabriquées par notre organisme à partir d’acides aminés, elles régissent toutes les réactions chimiques de nos cellules.
  • Les enzymes alimentaires : présentes dans les aliments crus, les produits lacto-fermentés et les graines germées. Avec leurs propres enzymes, ces aliments peuvent « s’auto digérer ».

Lire la suite de l’article

Emmanuelle Lerbret – Naturopathe
L’Atelier Naturo

Zoom sur le foie

Même si la fonction digestive de cet organe se résume à la fabrication de la bile, son activité métabolique annexe est tellement énorme qu’il mérite que nous nous y intéressions. Avec plus de 500 fonctions, on pourrait dire que de toutes les « usines «  de notre corps le foie est notre « maison mère » ! C’est dire toute la reconnaissance que nous devrions lui témoigner tellement il travaille sans relâche pour nous maintenir en bonne santé.

D’un point de vue anatomique, le foie est situé du côté droit sous les côtes. C’est l’organe le plus gros, le plus lourd et le plus chaud du corps.

Voici de façon simplifiée ses principales missions :

Traitement et gestion des nutriments

Tous les aliments qui ont été absorbés au niveau de l’intestin sont acheminés au foie où ils seront soit stockés, soit transformés, soit utilisés, soit éliminés. C’est ainsi que le foie gère la glycémie en stockant ou déstockant les glucides selon les besoins.

Il fabrique en permanence de nouvelles protéines à partir des acides aminés comme : l’albumine, les protéines de transport (HDL, LDL), de la coagulation, de l’inflammation mais également les hormones (sexuelles, thyroïdiennes …).

Il fabrique ou dégrade les graisses (cholestérol, triglycérides …).

En résumé, c’est lui le grand gestionnaire des stocks et il veille à répondre en permanence aux besoins de l’organisme en mettant en circulation les nutriments nécessaires ou en les stockant s’ils sont en excès : si le glucose vient à manquer, il peut en fabriquer avec des lipides voire même des protéines !

Épuration et détoxification

Le foie joue un rôle de filtre dans le sens où 1,5 litre de sang le traverse par minute. Il capte les toxiques (ammoniaque, bilirubine) et les médicaments et les transforme pour les rendre inoffensifs et les expulser via les reins.

Pour les protéines par exemple, il procède à la transformation de l’ammoniaque toxique qu’elles libèrent en urée, afin de l’éliminer.

Production de la bile

Chaque jour, 1 litre de bile est produite par le foie et ensuite stockée dans la vésicule biliaire. Elle est essentielle à la digestion des graisses mais aussi à l’élimination du cholestérol et des toxines hépatiques.

Une anomalie de fonctionnement de la vésicule biliaire a pour conséquence un excès de déchets dans le foie pouvant entraver son bon fonctionnement.

Bouclier immunitaire

Le foie contient des cellules particulièrement riches en macrophages (globules blancs), les cellules de Kupfer qui jouent un rôle important dans l’immunité.

Stockage

Il est le lieu de stockage de certaines vitamines A D E K , de minéraux comme le fer.

Si vous avez la langue chargée, des somnolences après les repas ou que vous prenez régulièrement des traitements chimiques, une cure de désintoxication avec des plantes hépatiques minimum deux fois par an s’avère utile pour soutenir votre foie. L’artichaut, le chardon marie, ou le radis noir….sont très efficace, attention toutefois à l’automédication avec ce genre de plantes, elles sont puissantes et contre indiquées si vous avez des calculs à la vésicule biliaire. En cas de doute, il est préférable de consulté un thérapeute.

Dans tous les cas, sachez que le foie aime plus que tout la chaleur et qu’une bonne bouillote le soir après diner lui fera le plus grand bien.

Emmanuelle Lerbret – Naturopathe

L’Atelier Naturo

Interview de Emmanuelle Lerbret, naturopathe

Bonjour Emmanuelle cela fait quelques temps que tu écris pour Plus zen la vie plus précisément pour la rubrique « Alimentation durable » et je souhaiterais que nos lecteurs fassent plus ample connaissance avec toi.

Raconte-nous ton parcours professionnel et comment t’es venu l’envie de devenir naturopathe ?

J’ai commencé à travailler jeune, à 18 ans un peu par hasard dans une agence de relations presse qui gérait des lancements de films et de pièces de théâtre. J’ai évolué dans ce milieu des médias et de la communication ensuite pendant 22 ans. A titre personnel, j’ai commencé à m’intéresser aux médecines parallèles à la naissance de mon premier fils en 1997. J’ai découvert l’ostéopathie et l’homéopathie qui m’ont apportées des solutions là où la médecine classique n’avait que de la chimie inefficace a me proposer.
Par la suite j’ai continué à m’intéresser aux solutions alternatives et j’ai découvert l’incroyable pourvoir des palntes avec les huiles essentielles.

En 2010, ma carrière professionnelle ne me satisfaisait plus , tout ce stress que je mobilisais pour des futilités me parut tout à coup ridicule et j’avais envie de changement, d’authenticité de me sentir vraiment utile. C’est en 2010, en pleine épidémie de grippe H1N1 qu’un soir en conseillant des huiles essentielles anti virales à ma meilleure amie elle me dit : « toi tu finiras là-dedans ». C’était donc ça que j’avais envie de faire au fond de moi, accompagner les autres .

C’est ainsi que j’ai découvert la naturopathie et que j’ai entamé un long parcours, pas toujours facile pour faire changer ma vie.

Aujourd’hui quels sont les activités que tu proposes dans ton atelier ?

J’ai créé l’atelier Naturo en 2013, mon objectif était de faire un lieu où les gens puissent trouver un accompagnement dans leur mieux-être. Je reçois en consultation , j’anime des ateliers de cuisine saine et gourmande. L’objectif n’est pas d’acquérir des techniques de grands chefs mais tout simplement de comprendre comment manger simplement et surtout sainement au quotidien. Enfin je propose soit à l’atelier, soit en entreprise des conférences ou des ateliers thématiques pour inciter à la prévention. C’est un mot dont on parle beaucoup mais en pratique on ne fait pas grand-chose. Peu de gens prennent conscience que leur santé leur appartient et que c’est à eux d’en prendre soin avant tout. Le médecin n’est là que lorsqu’on est déjà malade et il y a tellement de choses simples à faire pour ne pas tomber malade ! On ne se rend pas compte à quel point l’alimentation est un outil puissant dans la santé pour le meilleur comme pour le pire.

Enfin je collabore avec des partenaires qui proposent des cours de yoga et de pilates, deux disciplines corporelles que j’aime beaucoup car elles allient un travail intelligent du corps et un lâcher prise de la tête.

Quelles sont les raisons qui motivent les gens qui viennent te voir ? Y-a-t-il des symptômes que tu retrouves souvent ?

J’ai des personnes de tous les âges et de tous les profils même si il y a quand même une majorité de femmes. Les troubles digestifs, le stress et la fatigue sont les plaintes que je retrouve le plus souvent et c’est normal car ils sont liés. Bien souvent les personnes qui consultent un naturopathe sont ceux pour lesquels la médecine classique ne donne pas de résultat, et pour cause, les solutions ne passent pas par les médicaments. Le propre de la naturopathie est de trouver les causes qui perturbent la personne et de les supprimer. Si par exemple vous avez des problèmes digestifs récurrents, vous allez prendre un traitement anti…  Mais si vos problèmes de ventre sont liés à un stress mal géré les médicaments anti… ne serviront pas à grand-chose. C’est le stress qu’il faudra gérer et cela peut se faire de mille et une façons selon la personne. Les changements alimentaires sont une des premières mesures, on oublie souvent que le contenu de notre assiette nourri aussi notre tête !

As-tu des projets d’avenir dans la perspective de développer ton atelier ?

Je tiens à développer mes interventions en entreprise pour aller au-devant des gens, car c’est là qu’ils ont le plus besoin d’être sensibilisés . Certains dirigeants commencent à prendre conscience que des collaborateurs en bonne santé, moins stressés sont des collaborateurs plus performants. Je viens du monde de l’entreprise et je suis effarée de voir qu’une des plus grandes politiques managériale c’est la pression, toujours plus de pression. Il faut que cela cesse. Nous restons des êtres humains pas des machines et nos besoins physiologiques n’ont pas tellement changé depuis notre ancêtre Cro-Magnon. C’est bien cela le problème, à force de nous éloigner de la nature de ne plus nourrir correctement notre corps et de saturer notre tête … Qu’allons-nous devenir ?

C’est un peu utopique mais c’est ce message là que j’essaye de faire passer, certain en ont déjà pris conscience, d’autres pas encore et le comprendront parfois bien tard … quand il seront déjà malades.

Merci Emmanuelle d’avoir répondu à mon interview.

Si vous souhaitez connaître en détail l’Atelier Naturo et découvrir l’agenda des activités, connectez-vous à http://www.lateliernaturo.fr/ et retrouvez l’Atelier Naturo sur facebook à l’adresse suivante : https://www.facebook.com/pages/Latelier-naturo/269795539822169

Le système digestif : bien plus que de la tuyauterie !

Quand on questionne les gens sur leur digestion ceux-ci parlent immédiatement de leur estomac. C’est certes un des organes majeurs, mais ce n’est qu’une étape sur le long parcours de nos aliments de la bouche à l’anus !

A partir du moment où nous ingérons un quelconque aliment, celui-ci va cheminer tout au long de notre tube digestif, va subir de nombreuses transformations grâce aux différents mouvements de nos organes, à l’intervention de nombreuses substances comme les enzymes, les mucus, l’acide chlorhydrique, les sels biliaires …

Voyons de plus près les différentes étapes de la digestion avec ses différents acteurs et les enjeux.

Les différentes étapes de la digestion :

  • Bouche : Mastication – Broyage – secrétions salivaires
    A ce stade, grâce aux enzymes contenus dans la salive, il s’effectue une prédigestion des amidons
  • Œsophage : Déglutition involontaire
    Un mucus vient lubrifier les aliments.
  • Estomac : Mélange des aliments – Début de la dégradation chimique
    Les mouvements de l’estomac mélangent les aliments (devenu le bol alimentaire), l’acide chlorhydrique joue une fonction bactéricide et favorise l’action des enzymes spécialisées dans la digestion des protéines
  • Intestin grêle : Organe principal de la digestion – Absorption de la quasi-totalité des substances.
    Les grosses molécules alimentaires sont découpées par les enzymes digestives en petites particules assimilables par les cellules de la paroi intestinale. Le pancréas secrète les enzymes nécessaires à cette digestion chimique et la vésicule biliaire libère de la bile pour favoriser l’absorption des graisses.

Colon : Achèvement de la digestion de certaines molécules par la flore intestinale – Elaboration des matières fécales et synthèse de la vitamine K.
Dans le colon ascendant, l’achèvement de la digestion des glucides se fait par fermentation, dans le colon descendant, celle des protéines par putréfaction. Ces fermentations provoquent naturellement des gaz qui peuvent devenir gênants s’ils sont trop abondants et surtout seront un signe majeur d’un déséquilibre de la flore résidente.

Lire la suite de l’article

Emmanuelle Lerbret – Naturopathe

L’Atelier Naturo
santé-durableLOGO_2014-263x300

Où se détendre à Paris quand on est stressé et fatigué ?

Chercher un lieu pour se détendre et se ressourcer à Paris n’est pas chose facile. De même qu’un lieu pour déjeuner de façon plus équilibré. Vous en avez marre des bars bruyants et vous aimez la nouveauté, j’ai repéré quelques bonnes adresses où il fait bon s’y installer quelques heures.

Faire la sieste quelle bonne idée

Le ZZZen bar à sieste situé à Paris dans le 2ème arrondissement propose un tout nouveau concept. On y vient pour faire une micro sieste à la pause déjeuner dans des fauteuils et lits relaxants. Mais les prestations ne s’arrêtent pas là, vous pouvez bénéficier de séances de soins de manucure, pédicure, Fish SPA, shiatsu assis, réflexologie plantaire et modelage esthétique. De plus, ce palais du sommeil et de la relaxation a choisit le Passage Choiseul comme lieu de résidence. Plutôt original comme concept.

Les bars détox, pourquoi pas

Un bar détox est en fait un bar à jus où vous allez manger mais surtout boire des jus de fruits et de légumes pressés à froid pour détoxifier votre corps des toxines et des mauvaises graisses. Le café Pinson dans le IIIe propose des plats sans gluten et 100% bio. Son jus far a pour petit nom « Le Kale Tonique », un cocktail anti-inflammatoire et riche en protéines végétales à base de chou, de poires, de céleri branche, citron et gingembre. Le café Noglu dans le IIe propose des repas sans gluten et un jus détox antioxydant et diurétique, qui chasse fatigue et toxines. Le Bob’s Juice Bar installé dans le Xe propose des jus très appréciés. Tout en sirotant un verre on peut lire les quelques livres mit à disposition. Lire cet article sur l’efficacité nutritive des jus détox.

Pratiquez la méditation à l’heure du déjeuner

Oui, pour les débutants comme pour les initiés il est possible de pratiquer pendant une heure à la pause déj, la méditation avec l’association L’Art de Vivre dans un lieu plutôt sympathique. Le cours a lieu au Carreau du Temple dans le 3ème arrondissement.

 

La cellule, source de vie

Avant de parler d’alimentation dans nos assiettes, il est important de poser les bases de notre fonctionnement interne. Dans l’épisode 1 « Il était une fois l’homme » nous avons vu de quoi était constitué l’être-humain. L’épisode 2 abordera le fonctionnement de nos cellules.

Tout être vivant est composé au minimum d’une cellule (à l’exception des virus), c’est le cas des bactéries qui sont unicellulaires. Le ver en compte presque 1000 et le corps humain est composé d’environ 10¹³ soit 10 000 milliards de cellules, elles même composées de 1 000 milliards d’atomes et alimentées par 10 000 km de vaisseaux. Des chiffres à faire tourner la tête !

En tant qu’être humain, nous savons que nous sommes issus d’une seule et unique cellule, celle créée par la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde. Pour autant, nous ignorons comment cette unique cellule arrive à se multiplier dans des proportions spectaculaires tout en adoptant des emplacements et des fonctionnalités bien spécifiques pour au bout de 9 mois donner naissance à un être humain.
Ces petites unités de vie ont encore bien des secrets à nous livrer !

Portrait d’une cellule humaine

Nos cellules sont de véritables petits organismes vivants avec leurs propres organes qui leur permettent de respirer, s’alimenter, se reproduire, communiquer …

Elles pourraient être comparées à des petites usines de forme, taille et fonctions différentes selon l’organe auquel elles appartiennent mais malgré toute ces différences, leur architecture et leur mode de fonctionnement sont sensiblement les mêmes.

La structure de chaque cellule est composée de 3 parties communes à toutes :

  • Une enveloppe externe : Une porte d’entrée très sécurisée
    Cette membrane épaisse « dite plasmique » est constituée majoritairement d’une double couche de graisses dans laquelle s’insèrent des protéines.Elle est dotée d’une perméabilité sélective ce qui permet de contrôler les entrées et les sorties. C’ est aussi la zone de communication des cellules entre elles. Grâce aux hormones, neurotransmetteurs et autres messagers les cellules s’envoient des signaux afin de coordonner les actions des unes et des autres. Cette membrane doit être fluide et intègre, c’est un des secrets de notre santé !
  • Un noyau : Le coffre-fort
    Le noyau renferme le patrimoine génétique sous la forme d’ADN (Acide désoxyribonucléique) , unique à chaque être vivant. C’est en quelque sorte le coffre-fort qui renferme tous les guides de montage brevetés pour la fabrication de tout ce dont notre corps à besoin : nouvelles cellules, hormones, anticorps …. Ces substances sont toutes des protéines que la cellule produit à partir de nos protéines alimentaires.
  • Un cytoplasme, la partie interne de la cellule
    C’est l’intérieur de la cellule composé de plusieurs éléments avec des noms barbares, qui comme les différentes chaînes de montage d’une usine, jouent des rôles différents.
    Par exemple :
    Le réticulum et ses ribosomes se chargent de fabriquer de nouvelles protéines selon les modes d’emplois « photocopiés » dans les gènes.
    Les mitochondries sont littéralement la chaudière de la cellule, c’est ici que les nutriments sont dégradés pour fournir de l’énergie appelée ATP.
    Les lysosomes, riches en enzymes sont le lieu de la digestion cellulaire.

Fonctionnement de nos cellules

schema-cellule

© l’atelier naturo

L’ensemble de l’activité cellulaire est un ensemble de réactions biochimiques qui s’appelle le MÉTABOLISME.

Il fonctionne selon 2 types majeurs de réactions : le catabolisme et l’anabolisme.

L’anabolisme sert à fabriquer de nouvelles molécules en vue du renouvellement cellulaire : des hormones, des anticorps … C’est une fonction qui consomme de l’énergie.

Le catabolisme consiste à détruire ou dégrader des molécules en vue de produire de l’énergie (ATP) et de la chaleur. Il s’agit essentiellement des molécules de glucose.

Les besoins de nos cellules pour fonctionner

Des matières premières adaptées : glucides (Sucres), graisse (Acides gras), protéines (Acides aminés) et de l’oxygène.

De bons contremaîtres : les enzymes et des ouvriers qualifiés minéraux, oligo éléments et vitamines pour faire tourner les chaînes de montage.

Un bon livreur, car la cellule n’a pas la faculté d’aller chercher ses matières premières toute seule : L’eau sous la forme du sang artériel

De bons éboueurs afin de toujours laisser l’usine propre et en état de marche : le sang veineux et la lymphe qui vont évacuer les déchets : Co2, Urée, cellules mortes … vers les portes de sortie : foie, intestin, poumons, peau, rein appelés également : les émonctoires

On peut maintenant imaginer facilement tout ce qui pourrait altérer le bon fonctionnement de l’usine :

Des matières premières non adaptées : si elles ne sont pas « homologuées » pour être utilisées par nos cellules, autrement dit si ce sont des molécules en majorité chimiques, elles ne seront pas admises dans la cellule ce qui entraînera d’une part une carence pour celle-ci et un surcroît d’activité pour les émonctoires qui tenteront de les éliminer.

Des matières premières en trop grande quantité : dans ce cas il va falloir stocker, créer des extensions, l’usine est encombrée, le travail moins performant : c’est la prise de poids, la fatigue

Un manque de personnel ou du personnel non qualifié : si certaines chaînes cessent de fonctionner c’est forcément l’ensemble de l’activité qui s’en ressent.

La grève des éboueurs : devant le surcroît de déchets ils cessent leur activité. C’est la pollution, l’insalubrité !

Toute cette démonstration est certes imagée et un peu enfantine mais elle permet à mon sens de bien prendre conscience que là, au moment où vous me lisez, vos milliards de cellules tentent d’accomplir des milliards d’opérations chimiques de construction, de destruction, de transformation afin de vous maintenir au meilleur niveau.

Alors en bon PDG, vous avez la responsabilité de bien gérer vos usines !

 

Emmanuelle Lerbret – Naturopathe
santé-durableLOGO_2014-263x300

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑