Après Anthony Rousseau, Ce mois-ci, c’est au tour d’Audrey Briand de nous parler de son métier de sophrologue et psychologue.

Audrey, raconte-nous ton début de parcours ?

Je viens d’une famille compliquée. Pour m’adapter à mon entourage, l’analyser et ne pas me replier j’ai construit des moyens de communication et de compréhension parallèles, en plus de ceux que nous apprenons tous, afin d’être une petite fille comme les autres. Très tôt, j’ai ainsi développé une forme de spiritualité ainsi qu’une perception poussée des situations, vibrations et pensées d’autrui et une maturité, dont je n’avais pas conscience.

Le choix d’être Psychologue clinicienne est venu de façon logique en fin de lycée, l’esprit déjà bien formé, car c’était le seul métier que je désirais pratiquer, avec celui, par extension, de Psychothérapeute. Ce qui est sain, l’intensité et les responsabilités profondes qu’implique l’aide à modifier sa vie chez un patient, lui apporter la lumière faisaient partie de moi.

A l’université Paris VIII j’ai étudié avec passion car soigner et guérir est ma vocation. J’ai réalisé une psychothérapie personnelle, indispensable pour pratiquer, afin de boucler l’histoire.
Après 32 ans, je me suis mise à la sophrologie car j’adore soigner ce qui est psychosomatique.

Aujourd’hui, tu adoptes une approche holistique en consultation, peux-tu nous en dire plus ?

Oui car je veux pouvoir traiter (presque) tout patient. Or il me fallait structurer mon expérience par des techniques fiables et éprouvées pour pratiquer correctement.

Par l’acquisition des outils de TCC (Thérapie comportementale et cognitive) puis de la sophrologie je suis devenue une « psy améliorée » possédant ainsi une approche par les médecines alternatives, puisque aussi Sophrologue branche Clinique et Médicale.

Car ce que ne peut faire la sophrologie seule, tel traiter des troubles du comportement liés à une problématique personnelle (sociaux, anxieux, alimentaires…) ou psychosomatiques ancrés qui ne disparaîtront pas, est complété par la psychothérapie qui va traiter leur base psychique et réciproquement, ce fond soigné, nécessite des techniques pour concrétiser le soin: sophrologiques.

Les gens qui me consultent, recherchent sciemment cette double approche pragmatique-développement personnel qui les fait avancer très vite dans leur vie et régler ou améliorer leurs difficultés, symptômes quotidiens pour de bon, sont ravis. Il est donc question de concret dans mes séances, axées sur les solutions aux problèmes.

Psychologie et Psychothérapie permettent de diagnostiquer puis construire l’identité du sujet

Je m’explique : la Psychologie et Psychothérapie permettent de diagnostiquer puis construire l’identité du sujet, basée sur son histoire familiale. Le dialogue, l’analyse des conflits intrapsychiques, l’expression des émotions dénouent ; nous travaillons à conserver le positif de ce qui a été transmis au travers des images parentales écrasantes parfois, auxquelles le patient s’identifie. Celui-ci se crée alors de nouvelles règles avec une assise concrétisée par de réels changements de vie.

La TCC en pratique

La TCC, validée scientifiquement pour ses résultats, vise à prendre conscience de ses pensées erronées, déformées, comportements inadaptés pour interpréter et anticiper la vie plutôt que réagir aux évènements. Faite pour les anxieux, phobiques, sujets manquant de confiance, ses tests pointus, mises en situation et jeux de rôles au cabinet ou en extérieur parfois pour certains exercices, apprennent à cerner les causes d’apparitions des pensées dramatisantes, ce qui les sous-tend dans une situation anxiogène. Les émotions et motivations du patient comme celles de son « adversaire » (patron, parent, parler en réunion de travail… ), lui sont expliquées par le thérapeute, comprises de l’intérieur en échangeant les rôles avec lui et des comportements adaptés apparaissent.

Les patients sont métamorphosés par cette restructuration cognitive : ils connaissent enfin les joies de la spontanéité !

La Sophrologie Psychologique et Médicale

Enfin la Sophrologie Psychologique et Médicale : est du 3D, puisque corps, mental, émotionnel sont travaillés dans une même expérience/séance.
Les prises de conscience en psychothérapie sont métabolisées dans le corps et le psychisme avec la relaxation dynamique, sophronisations et visualisations où le patient se voit comme il se comprend désormais, programme son mental et son futur.

Pour les douleurs, maladies organiques le travail est réalisé, schémas à l’appui afin que le patient se visualise, sur sa physiologie et biologie. Pour exemple: du cytoplasme de ses cellules, au trajet prit par le neurotransmetteur, l’acétylcholine, pour effectuer un geste, décidé par le cerveau. Ce dernier crée les connexions neuronales, secrète des hormones par la suggestion sensorielle et visuelle ressentie en RD et sophronisation et les douleurs disparaissent ou s’atténuent ; les symptômes diminuent.

Ainsi, ai-je eu des fibromyalgiques marchant avec canne gambader après 1 séance.

Un patient Parkinson débutant avec raideurs, tremblements marchait souplement en 1 consultation. Après un mois de séances, celui-ci avait retrouvé sa coordination : il re-pratiquait l’aviron.

Enfin, pour un cancer des poumons d’une patiente, suite à des secrets familiaux destructeurs, nous avons optimisé sa chimiothérapie en reprenant les points de vue ensemble dans sa psychothérapie, ainsi que par des sophronisations d’immunothérapie. Ceux-ci l’ont aidée à faire disparaitre les nodules des poumons, elle en était convaincue.

Toutes les maladies, degrés d’atteinte ne se guérissent pas : il convient de rester lucide. Ceci dit ce quatuor Psychologie- Psychothérapie- Sophrologie Médicale-TCC ne m’a jamais déçue et a démontré son efficacité.

Audrey quelle est ta définition de l’énergie ?

Elle est partout, c’est de l’électricité. L’énergie est d’abord pour moi spirituelle: ce sont nos vibrations, on les ressent quand on a des émotions, quand on aime, déteste, plus c’est fort, plus tu vibres et tu as de l’énergie qui circule partout en toi. Elles constituent une partie de notre âme.

Pour moi, elle doit s’écouler dans le corps que ce soit par les méridiens en shiatsu notamment mais aussi par le circuit lymphatique, de la circulation et le métabolisme. Mais si cette énergie psychique ne trouve pas son issue dans le corps, il y a blocage énergétique qui devient trouble psychosomatique. Le cerveau télécommande le corps et le psychisme : reliés, ils se décuplent simultanément, c’est là que j’interviens dans mes consultations.

Merci Audrey d’avoir répondu à ces quelques questions.

Guillaume FILLION
Fondateur du blog, thérapeute et conseil en médecine holistique

Si vous aussi vous souhaitez la rencontrer pour une consultation, connectez-vous sur son site Internet à https://sophrologiepsychologiquecabinetaudreybriand.wordpress.com/

ou contacter directement Audrey BRIAND :

43 rue de Maubeuge 75009 Paris
Tél : 06.83.11.74.47

Lire aussi son portrait : https://pluszenlavie.co/audrey-briand/