Nous, occidentaux, avons développé une approche très physique, matérielle, du corps humain, le décortiquant en des parties de plus en plus fines pour en connaître les moindres parcelles, ce qui a favorisé une science médicale très spécialisée. On a quelque peu laissé de côté toute une dimension reconnue depuis des millénaires par les cultures orientales : la dimension vibratoire (ou énergétique). En Inde, on parle de l’aura et des chakras, en Chine, des méridiens qui sont traités par l’acupuncture.

En rapprochant les traditions de ces pays et les données de la physique contemporaine, il est possible de concevoir que le corps humain est de la lumière condensée.

C’est ce qu’a fait le neuro-physiologiste américain David BOHM, pour qui l’ADN est une sorte d’antenne qui fait le pont entre la lumière solide qu’est le corps et la lumière fluide qui l’entoure.

On peut exprimer cela autrement : le corps physique est à la lumière ce que la glace est à l’eau.

 A suivre…

Découvrez les stages que je propose :