Le LaHoChi est une méthode de soins non conventionnelle puisant ses fondements dans la philosophie chinoise, fondée sur des soins dits « énergétiques » par apposition des mains, la fréquence Lahochi va stimuler harmonieusement les capacités d’auto-guérison du corps humain.

L’efficacité du Lahochi et l’existence du chi ne sont pas scientifiquement validés et sa pratique est encore considérée comme de la pseudoscience.

Avertissement

Le LaHoChi ne peut se substituer à un avis ou à un traitement médical, et ce en aucune façon : Tout avis ou démarche contraire doivent être indubitablement considérés comme une atteinte grave à l’éthique ainsi qu’à la déontologie requise dans le cadre d’un traitement, d’une initiation, ou plus largement dans la pratique du LaHoChi dans son ensemble.

Description et historique

Le LaHoChi, est le fruit de longues méditations réalisées par un groupe de méditant basé à Santa Monica en Californie dans les années 90. L’enseignement LaHoChi quant à lui a été transmis, lors d’une canalisation le 15 mai 1991 à un enseignant spirituel nommé Satchamar, (Fred Sailor) disciple pendant plus de vingt ans des maîtres Sathya Sai Baba et Meher Baba.

Que signifie LaHoChi ?

  • Le son « La » dans LaHoChi fait référence à la lumière, l’amour et la sagesse venant des fréquences du Christ.
  • Le son « Ho » fait référence au mouvement de cette énergie,
  • Le son « Chi » ou « Qi » est la force qui permet la manifestation de la vie.

Par conséquent, le LaHoChi est une fréquence spirituelle permettant aux êtres humains, d’accéder à une autre dimension de la conscience collective.

Cela signifie que cette énergie vibrante dispose de sa propre Conscience, dont chacun trouvera le nom qui lui convient le mieux, effet placebo , Force Divine, Conscience universelle de vie, Dieu, Champs Quantiques, la Source, Amour inconditionnel, Force électromagnétique, etc.

Le magnétisme naturel est utilisé depuis plus de cinq mille ans dans les pratiques de la médecine traditionnelle chinoise, le qi-gong permet de développer son propre magnétisme dans un premier, temps. Ensuite le praticien atteint un niveau de conscience lui permettant de se connecter à l’énergie universelle de vie. Tel un canal, le receveur va accueillir en lui une nouvelle fréquence qui possède sa « propre conscience de vie ». Permettant ainsi une connexion physique et énergétique avec les points d’acupunctures et le système des chakras du receveur.

Selon les fondements de cette pratique récente : Le praticien Lahochi, formé et conscient de cette énergie de vie, va concentrer en lui la fréquence Lahochi et la retransmettre par apposition des mains à toute personne en déficit d’énergie vitale. A la manière d’un magnétiseur traditionnel.

Scientifiquement aucune preuve n’a été apportée à ce jour sur la réalité des effets produits par la transmission de cette fréquence LaHoChi. Toutefois dans le cas d’une technique énergétique similaire, le Reiki, nous pouvons découvrir dans le livre « Reiki: Postulats scientifiques et études cliniques » aux éditions du Killebierg, voir le site de la fédération anglaise de Reiki, les études scientifiques attestant d’effets mesurables sur nombres de cas.

Ainsi même si l’expérience demeure essentiellement empirique et ne peut être prouvée totalement, à ce jour, la conclusion de ces études nourrissent de fortes présomptions semblant démontrer que des effets positifs sont perçus par le patient. Aussi bien sur le plan mental, émotionnel que physique. Nous retrouvons ce paradoxe dans l’effet placébo, ou l’esprit et nos systèmes de croyances se montrent plus performants que la chimie.
La particularité du Lahochi réside dans sa proximité avec un maître de sagesse connu sous le nom de Lao-Tseu. Cette technique respectant les approches Taoïste du non-agir, de l’impermanence et intègre le principe d’une force de vie immanente disposant de sa propre conscience. Celle-ci ne pouvant être définie ni par des mots, ni par des pensées, car il semble que seule l’expérience directe puisse ouvrir la voie, que l’on nomme le Tao. Cette approche philosophique constitue donc le cœur de la pratique Lahochi.

Les différentes écoles LaHoChi

Cette pratique récente, canalisée en 1991, ne connaît que deux niveaux d’apprentissages. Le premier niveau, celui de praticien et celui d’enseignant. Son accès est simple et peut se faire selon les écoles en une ou deux journées de formation.

Certains centres d’enseignement Lahochi, surtout aux états unis, ont intégrés des concepts new-age ou nouvel-âge. Incluant par exemple les effets de la flamme violette de Maître Saint Germain. D’autres encore ont simplement intégré la technique Lahochi à leur pratique Reiki, considérant cette nouvelle fréquence comme le prolongement naturel d’un savoir énergétique. Ainsi donc il est possible d’expérimenter le Reiki-Lahochi, auprès de praticiens Reiki.

La technique Lahochi n’intègre pas de symboles et ne constitue ni un dogme, ni une religion. Il s’agit d’une pratique énergétique, facilitant l’harmonisation consciente des systèmes énergétiques du corps avec son environnement. Le magnétisme du corps humain selon Yves Rocard est le fondement des échanges d’informations inconscients inter-espèces. http://www.francaise-bio-energetique.com/le-bio-magnetisme.htm

Littérature

Il n’existe à ce jour que deux ouvrages en Français traitant de la fréquence Lahochi. Leurs approches en partie scientifiques et empiriques ne permettent pas de balayer de manière exhaustive les principes de la guérison par l’apposition des mains. Pour cela il convient de prendre connaissance de l’ouvrage de Barbara-ann Brenann (docteur en physique) « le pouvoirs bénéfiques des mains » aux éditions Tchou. Elle a étudié les champs d’énergie humaine et a collaboré à divers programmes de recherche avec l’Université Drexel et l’Institute for the New Age.

Critiques

Nous trouverons pour le Lahochi des critiques identiques à celle du Reiki.

Des questions sur le risque d’emprise mentale ont été soulevées : certaines critiques craignent l’exploitation de l’espoir et de la peur des malades pour de l’argent, en échange d’un simple effet placebo, pouvant éventuellement mettre en danger la vie de certains patients nécessitant des soins sérieux et qui ne pratiqueraient que le reiki au détriment de la médecine conventionnelle.

Pour les « catholiques unis dans la foi », par exemple, « le reiki n’est pas une pratique médicale crédible, ni compatible avec le christianisme », car dans le christianisme paulinien, « Jésus-Christ, le guérisseur divin, est la vraie source de guérison spirituelle et de liberté ».

L’absence de formation et de régulation des praticiens dans le domaine du Lahochi pose également des problèmes : cette discipline n’est encadrée par aucune autorité, et n’importe qui peut se proclamer « praticien en Lahochi » sans la moindre formation. Certains instituts privés proposent toutefois des formations même si leur certificat n’a aucune valeur institutionnelle.

Conclusion

Il conviendra donc à chacun de se faire sa propre opinion sur une technique dont les effets sont perceptibles mais dont les fondements sont encore non prouvés à ce jour.

Christian Kalafate
Enseignant LaHoChi – Hypno thérapeute
www.loczen.com