Lors de mes différents stages et formations pendant six ans (Shiatsu, Reiki, Ostéopathie cranio-sacrée), plusieurs élèves et quelques enseignants m’ont fait des remarques du genre : « Tu as les mains chaudes, ça bouge, tu as du magnétisme, etc. »

Compte tenu de l’éducation que j’ai reçue et de quelques croyances bien ancrées dans notre société que j’avais plus ou moins consciemment intégrées, j’ai considéré cela avec distance et scepticisme. En plus découvrir ce « don » à 50 ans passés ! Pourquoi ne l’avais-je pas découvert plus tôt, même si les activités que j’ai exercées auparavant n’avaient rien avoir avec les soins thérapeutiques ?

Mais bon ! Je dois me rendre à l’évidence : les résultats sont là, d’amélioration ou de guérison sur des personnes ou même des chevaux. Alors je continue avec une certaine distanciation : « c’est moi et ce n’est pas moi » qui réussit çà. Ce qui est d’ailleurs vrai, mais pas vu sous cet angle.

Puis il y a 3 ans j’ai eu un vrai déclic. Sur le conseil d’un ami, je suis allé voir avec 3 stagiaires avec qui je suivais ma formation de Shiatsu une magnétiseuse au fin fond des Vosges.

Mode d’emploi : pas de rendez-vous fixé à l’avance (il faut juste dire le jour où l’on vient), une salle d’attente qui ne désemplit pas (compter 2 heures d’attente au minimum) et chacun donne ce qu’il veut en rétribution de la séance (15 à 20 minutes maximum).

J’ai découvert une petite dame toute ronde, toute en simplicité, bienveillance et amour.

Au bout de 5 minutes de soins (sans toucher le patient, c’est à dire à 10 cm du corps minimum), je lui pose la question qui me brûle les lèvres : « on me dit que j’ai du magnétisme, est-ce vrai ? ». Elle me répond instantanément : oui.

Comme elle ne poursuit pas, je lui demande « comment le savez-vous ?». Réponse : «parce que ça circule bien ». Traduisez « ça circule bien dans votre corps ».

Et là j’ai compris dans mon corps et dans mon cœur, plus que dans mon intellect, qu’un bon thérapeute, magnétiseur ou autre, est un bon conducteur, comme le fer est un bon conducteur de l’électricité et le bois ne l’est pas. Je capte les énergies dans la terre, le ciel ou ailleurs (beaucoup dans la terre à vrai dire), et je les transmets avec bienveillance, amour et neutralité. Bien sûr, il y a une certaine « alchimie » qui se fait dans le corps du thérapeute avant de transmettre les énergies qu’il reçoit, comme par exemple les « barreurs de feu » qui soignent les brulures, mais fondamentalement ce n’est pas notre énergie que nous transmettons, sinon on s’épuise vite.

Comprendre cela permet de laisser notre égo à sa juste place, ni trop ni pas assez (acceptez aussi vos dons quel qu’ils soient !), et de se laisser guider pour aller à l’essentiel : aider et soulager avec bienveillance, amour et neutralité.

Emmanuel du Ché

Retrouvez tous nos témoignages dans la rubrique « Témoignages »