Recherche

Plus zen la vie

Prenez en main votre bien-être

Mois

novembre 2015

Pourquoi masser son bébé ?

Savez-vous que l’un des cinq sens le plus développé à la naissance est le toucher ?

La peau est l’organe sensoriel le plus développé. Elle apporte une quantité incroyable de stimulations.

Le sens du toucher fonctionne à plein régime dès la naissance, souvenez-vous du peau à peau post accouchement !

Le toucher joue un rôle important dans la vie émotionnelle et relationnelle avec votre bébé. Juste une caresse, lui procure un sentiment de bien-être qui suffit parfois à calmer ses pleurs, il est donc très sensible aux gestes qu’on lui porte et tout particulièrement à ceux de ses parents.

Masser son bébé a beaucoup de bienfaits tant pour le bébé que pour les parents.

Les bienfaits du massage sur les bébés sont connus et reconnus comme le bien être, détente, soin des petits maux (ex : coliques, constipation), aide à l’endormissement, prise de conscience de son corps, et surtout le renforcement de l’attachement, de la confiance entre vous et votre bébé.

Le massage fait aussi découvrir à votre bébé un état de relaxation intense et si précieux dans notre quotidien sur-stimuler.

C’est un moment privilégié avec son bébé de plus vous vous sentirez active face à ses petits maux (coliques, constipation, troubles du sommeil) et surtout vous aurez un sentiment de satisfaction et de bien être intense.

Donc en résumer masser son bébé est réellement un atout dans votre vie quotidienne pour vous et votre bébé.

Marianne FILLION
Auxiliaire de puériculture

Le Do-In, l’art de s’auto-guérir par l’acupression

Le Do-In se développe depuis 20 ans en France. Issu de la médecine traditionnelle chinoise, à mi-chemin entre l’acupuncture, le qi gong et le massage, il se développa au Japon en parallèle du Shiatsu. On parle souvent d’ailleurs d’auto-shiatsu.

Un peu d’histoire

Le Do-In prend sa source en Chine avant de s’exporter au Japon au VIe siècle. Il s’appelait alors Tao-Yinn et fut mentionné dans le célèbre livre de médecine interne de l’Empereur Jaune. Do signifie « la voix » et In signifie « l’énergie ». Le Japon fut influencé par la culture chinoise suite à l’invasion des chinois sur l’archipel nippon au VIe siècle.

Mais, qu’est ce que c’est exactement ?

Le Do-In agit sur le corps par pression des doigts, il ne s’agit nullement de massage mais plutôt de digitopuncture ou acupression. Le point commun entre le massage et le Do-In étant la main, les techniques utilisées diffèrent totalement. On parle souvent de lui comme étant un massage car il a pour effet de détendre le corps en profondeur.

Le Do-In vise à rééquilibrer l’énergie vitale du corps (le Qi prononcé Tchi) en exerçant des pressions sur les points d’acupuncture. Ces points aussi appelés tsubos parcours notre corps et sont reliées à nos organes, notre circulation sanguine et lymphatique.

Il se pratique à titre préventif pour éviter les troubles du quotidiens (constipation, insomnie, anxiété) et à plus long terme des maladies. 10 minutes de pratique par jour vous permettra de retrouver votre tonus et vous aidera à éliminer plus facilement les toxines de votre corps.

Pour celles et ceux qui souhaitent apprendre cette technique, il faut savoir qu’elle est indissociable du Shiatsu en ce sens qu’elle est enseignée dans les écoles de Shiatsu. Consultez la Fédération Française de Shiatsu pour en savoir plus.

Les bienfaits du Do-In

On dénombre pas moins de 7 bienfaits sur le corps. Les voici :

  1. les bienfaits sur la peau
  2. les bienfaits sur la circulation sanguine et lymphatique
  3. les bienfaits sur la musculature
  4. les bienfaits sur le système nerveux végétatif
  5. les bienfaits sur le système nerveux cérébro-spinal
  6. les bienfaits sur les viscères
  7. les bienfaits sur les glandes endocrines

Où, quand, comment pratiquer le Do-In ?

Où pratiquer le Do-In ?

Chez soit dans une pièce tranquille, bien aérée et chauffée ou dehors en pleine nature lorsqu’il fait chaud pour mieux canaliser les énergies de la terre et du ciel. Eviter le bruit et les allées et venues des promeneurs.

Quand pratiquer le Do-In ?

Dans l’idéal le matin, à jeun. C’est le meilleur moment de la journée pour tonifier le corps, dissiper les mauvaises positions de la nuit qui provoque des tensions. Eviter de pratiquer juste après les repas, car le corps a besoin d’énergie pour permettre à la digestion de se faire.

Comment pratiquer le Do-In ?

Utiliser un tapis et un coussin pour être à l’aise. Habillez-vous avec des vêtements amples et léger en coton. Enlever, montre, bijoux afin que ces derniers ne perturbent pas la circulation du Qi dans les méridiens et ainsi éviter l’excédent d’énergie Yin et Yang. Durant la pratique, le corps est en connexion avec l’univers et les énergies telluriques, par conséquent rien ne doit empêcher le rééquilibrage énergétique qui s’opère.

Le Do-In en vidéo

Des ouvrages pour aller plus loin

Je vous recommande le livre de Jocelyne Aubry et de Ho-Han Chang. Il est très complet. Suivant l’édition que vous achetez, une carte des méridiens vous est offert. Je l’apprécie pour son exhaustivité et sa compréhension.

La cellule, source de vie

Avant de parler d’alimentation dans nos assiettes, il est important de poser les bases de notre fonctionnement interne. Dans l’épisode 1 « Il était une fois l’homme » nous avons vu de quoi était constitué l’être-humain. L’épisode 2 abordera le fonctionnement de nos cellules.

Tout être vivant est composé au minimum d’une cellule (à l’exception des virus), c’est le cas des bactéries qui sont unicellulaires. Le ver en compte presque 1000 et le corps humain est composé d’environ 10¹³ soit 10 000 milliards de cellules, elles même composées de 1 000 milliards d’atomes et alimentées par 10 000 km de vaisseaux. Des chiffres à faire tourner la tête !

En tant qu’être humain, nous savons que nous sommes issus d’une seule et unique cellule, celle créée par la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde. Pour autant, nous ignorons comment cette unique cellule arrive à se multiplier dans des proportions spectaculaires tout en adoptant des emplacements et des fonctionnalités bien spécifiques pour au bout de 9 mois donner naissance à un être humain.
Ces petites unités de vie ont encore bien des secrets à nous livrer !

Portrait d’une cellule humaine

Nos cellules sont de véritables petits organismes vivants avec leurs propres organes qui leur permettent de respirer, s’alimenter, se reproduire, communiquer …

Elles pourraient être comparées à des petites usines de forme, taille et fonctions différentes selon l’organe auquel elles appartiennent mais malgré toute ces différences, leur architecture et leur mode de fonctionnement sont sensiblement les mêmes.

La structure de chaque cellule est composée de 3 parties communes à toutes :

  • Une enveloppe externe : Une porte d’entrée très sécurisée
    Cette membrane épaisse « dite plasmique » est constituée majoritairement d’une double couche de graisses dans laquelle s’insèrent des protéines.Elle est dotée d’une perméabilité sélective ce qui permet de contrôler les entrées et les sorties. C’ est aussi la zone de communication des cellules entre elles. Grâce aux hormones, neurotransmetteurs et autres messagers les cellules s’envoient des signaux afin de coordonner les actions des unes et des autres. Cette membrane doit être fluide et intègre, c’est un des secrets de notre santé !
  • Un noyau : Le coffre-fort
    Le noyau renferme le patrimoine génétique sous la forme d’ADN (Acide désoxyribonucléique) , unique à chaque être vivant. C’est en quelque sorte le coffre-fort qui renferme tous les guides de montage brevetés pour la fabrication de tout ce dont notre corps à besoin : nouvelles cellules, hormones, anticorps …. Ces substances sont toutes des protéines que la cellule produit à partir de nos protéines alimentaires.
  • Un cytoplasme, la partie interne de la cellule
    C’est l’intérieur de la cellule composé de plusieurs éléments avec des noms barbares, qui comme les différentes chaînes de montage d’une usine, jouent des rôles différents.
    Par exemple :
    Le réticulum et ses ribosomes se chargent de fabriquer de nouvelles protéines selon les modes d’emplois « photocopiés » dans les gènes.
    Les mitochondries sont littéralement la chaudière de la cellule, c’est ici que les nutriments sont dégradés pour fournir de l’énergie appelée ATP.
    Les lysosomes, riches en enzymes sont le lieu de la digestion cellulaire.

Fonctionnement de nos cellules

schema-cellule

© l’atelier naturo

L’ensemble de l’activité cellulaire est un ensemble de réactions biochimiques qui s’appelle le MÉTABOLISME.

Il fonctionne selon 2 types majeurs de réactions : le catabolisme et l’anabolisme.

L’anabolisme sert à fabriquer de nouvelles molécules en vue du renouvellement cellulaire : des hormones, des anticorps … C’est une fonction qui consomme de l’énergie.

Le catabolisme consiste à détruire ou dégrader des molécules en vue de produire de l’énergie (ATP) et de la chaleur. Il s’agit essentiellement des molécules de glucose.

Les besoins de nos cellules pour fonctionner

Des matières premières adaptées : glucides (Sucres), graisse (Acides gras), protéines (Acides aminés) et de l’oxygène.

De bons contremaîtres : les enzymes et des ouvriers qualifiés minéraux, oligo éléments et vitamines pour faire tourner les chaînes de montage.

Un bon livreur, car la cellule n’a pas la faculté d’aller chercher ses matières premières toute seule : L’eau sous la forme du sang artériel

De bons éboueurs afin de toujours laisser l’usine propre et en état de marche : le sang veineux et la lymphe qui vont évacuer les déchets : Co2, Urée, cellules mortes … vers les portes de sortie : foie, intestin, poumons, peau, rein appelés également : les émonctoires

On peut maintenant imaginer facilement tout ce qui pourrait altérer le bon fonctionnement de l’usine :

Des matières premières non adaptées : si elles ne sont pas « homologuées » pour être utilisées par nos cellules, autrement dit si ce sont des molécules en majorité chimiques, elles ne seront pas admises dans la cellule ce qui entraînera d’une part une carence pour celle-ci et un surcroît d’activité pour les émonctoires qui tenteront de les éliminer.

Des matières premières en trop grande quantité : dans ce cas il va falloir stocker, créer des extensions, l’usine est encombrée, le travail moins performant : c’est la prise de poids, la fatigue

Un manque de personnel ou du personnel non qualifié : si certaines chaînes cessent de fonctionner c’est forcément l’ensemble de l’activité qui s’en ressent.

La grève des éboueurs : devant le surcroît de déchets ils cessent leur activité. C’est la pollution, l’insalubrité !

Toute cette démonstration est certes imagée et un peu enfantine mais elle permet à mon sens de bien prendre conscience que là, au moment où vous me lisez, vos milliards de cellules tentent d’accomplir des milliards d’opérations chimiques de construction, de destruction, de transformation afin de vous maintenir au meilleur niveau.

Alors en bon PDG, vous avez la responsabilité de bien gérer vos usines !

 

Emmanuelle Lerbret – Naturopathe
santé-durableLOGO_2014-263x300

La transition dans tous ses états

Le XXIème siècle est le siècle de la transition. Nous vivons tous de grand changements depuis 15 ans en faveur de la planète. La France, notre pays suit de très près cette profonde mutation par son dynamisme et son implication.

De consommateur passif subissant les dégâts de la mondialisation nous devenons petit à petit consom’acteur du changement, nos actes influent sur la nature de l’homme et de son environnement. En tant que citoyen du monde conscient des grands enjeux qui nous touchent tous de près, je souhaite vous faire partager quelques exemples à suivre.

La ville alsacienne Ungersheim, une ville en transition

Cette petite ville de 2000 habitants environ fascine par son exemplarité. Ungersheim est, on peut le dire, la ville modèle de demain. Elle souhaite anticiper les risques de l’après pétrole et du dérèglement climatique par l’adoption de 21 mesures originales. Ce laboratoire à l’échelle d’une ville expérimente une nouvelle façon de concevoir la citoyenneté en proclament haut et fort l’autonomie intellectuelle, alimentaire et énergétique. En définitif, les habitants vivent en totale harmonie avec leur environnement en la préservant.

Le site web Votre énergie pour la France vous en dira plus sur votre participation pour la planète et les bénéfices que vous en tirerez.

Le centre chirurgical Montagard adepte des thérapies alternatives

Pour moi, la transition s’expérimente aussi en conjuguant les thérapies alternatives avec les techniques de soins médicaux traditionnels en milieu hospitalier. Le centre chirurgical Montagard d’Avignon fait office de précurseur et lève le voile sur les thérapies douce en les intégrant dans leur processus de soins médicaux. L’aromathérapie, la musicothérapie, la luminothérapie, l’hypnose pour ne citer qu’eux, font désormais partie des soins prodigués en traitement postopératoire. C’est sous l’impulsion du Dr Olivier Abossolo que cela a été rendu possible. Résultat, la mise en place de ces nouvelles thérapies au sein de l’établissement a généré une baisse des frais médicaux. Ce qui est non négligeable. L’établissement de santé s’inscrit aussi dans une démarche de développement durable en faveur de son personnel soignant et de l’environnement.

La carte de France des alternatives écologiques et sociales

Après ces deux exemples, je vous invite à explorer la carte des alternatives écologiques et sociales pour y découvrir la multitudes d’initiatives en cours dans l’hexagone. La transition est belle est bien devenu l’affaire de tous.

Les bienfaits du massage bébé

Le massage « shantala  » massage global , selon une tradition de l’Inde du sud

« les bébés ont besoin de lait, oui. Mais, plus encore d’être aimés et de recevoir des caresses »
Frederick Leboyer

Le toucher est une communication non verbale qui libère les émotions et permet à l’inconscient de s’exprimer. Le bébé a besoin d’être caressé, touché, de sentir le contact peau à peau avec ses parents. Le massage va prolonger l’action bienfaisante de ce contact cutané.

Bien se préparer avant de commencer un massage

La pièce dans laquelle va se dérouler le massage doit être bien aérée et suffisamment chauffée (température recommandée : au moins 24 °C)

Créer une atmosphère calme , agréable :

  • petite lumière tamisée ou bougies allumées,
  • musique douce. Vous pouvez aussi chanter ou fredonner pendant le massage.

Le bébé va sentir l’ambiance qui règne et se préparer à recevoir le massage.

Le moment approprié

Choisissez un endroit et un moment fixe dans la journée ou la semaine pour faire du massage un rituel …et non une obligation. Le massage du matin sera plus tonique, celui du soir plus relaxant par exemple.

Si la personne qui va donner le massage est fatiguée ou stressée, si le bébé pleure ou manifeste son désaccord, il faut reporter le massage et réessayer tout simplement à un autre moment.

Le massage se pratiquera avec de l’huile biologique (sans huile essentielle, ni parfum) l’huile de sésame est la plus adaptée et utilisée en Inde. Les mains seront chaudes.

Les bienfaits du massage Shantala

Le massage a de nombreux bienfaits : détente, sommeil, digestion, souplesse, calme.

Les bénéfices vont permettre de canaliser l’énergie vitale,

  • améliorer le système digestif,
  • renforcer le système immunitaire,
  • d’assouplir le tissu musculaire en accompagnant la croissance, la tonicité musculaire,
    l’assouplissement des articulations,
  • stimuler le système nerveux par le gainage des nerfs,
  • stimuler le système respiratoire.

Ne pas faire de massage si le bébé a faim, si il vient de manger, si il a de la fièvre ou si il souffre d’une maladie de peau inflammatoire.

Le massage n’est pas un soin supplémentaire. Vous allez découvrir une autre manière de communiquer avec votre bébé en partageant avec lui un moment de plaisir et de tendresse.

Roseline Merrant
Masseuse certifiée école Azenday

Le magnétisme pour moi c’est quoi ?

Lors de mes différents stages et formations pendant six ans (Shiatsu, Reiki, Ostéopathie cranio-sacrée), plusieurs élèves et quelques enseignants m’ont fait des remarques du genre : « Tu as les mains chaudes, ça bouge, tu as du magnétisme, etc. »

Compte tenu de l’éducation que j’ai reçue et de quelques croyances bien ancrées dans notre société que j’avais plus ou moins consciemment intégrées, j’ai considéré cela avec distance et scepticisme. En plus découvrir ce « don » à 50 ans passés ! Pourquoi ne l’avais-je pas découvert plus tôt, même si les activités que j’ai exercées auparavant n’avaient rien avoir avec les soins thérapeutiques ?

Mais bon ! Je dois me rendre à l’évidence : les résultats sont là, d’amélioration ou de guérison sur des personnes ou même des chevaux. Alors je continue avec une certaine distanciation : « c’est moi et ce n’est pas moi » qui réussit çà. Ce qui est d’ailleurs vrai, mais pas vu sous cet angle.

Puis il y a 3 ans j’ai eu un vrai déclic. Sur le conseil d’un ami, je suis allé voir avec 3 stagiaires avec qui je suivais ma formation de Shiatsu une magnétiseuse au fin fond des Vosges.

Mode d’emploi : pas de rendez-vous fixé à l’avance (il faut juste dire le jour où l’on vient), une salle d’attente qui ne désemplit pas (compter 2 heures d’attente au minimum) et chacun donne ce qu’il veut en rétribution de la séance (15 à 20 minutes maximum).

J’ai découvert une petite dame toute ronde, toute en simplicité, bienveillance et amour.

Au bout de 5 minutes de soins (sans toucher le patient, c’est à dire à 10 cm du corps minimum), je lui pose la question qui me brûle les lèvres : « on me dit que j’ai du magnétisme, est-ce vrai ? ». Elle me répond instantanément : oui.

Comme elle ne poursuit pas, je lui demande « comment le savez-vous ?». Réponse : «parce que ça circule bien ». Traduisez « ça circule bien dans votre corps ».

Et là j’ai compris dans mon corps et dans mon cœur, plus que dans mon intellect, qu’un bon thérapeute, magnétiseur ou autre, est un bon conducteur, comme le fer est un bon conducteur de l’électricité et le bois ne l’est pas. Je capte les énergies dans la terre, le ciel ou ailleurs (beaucoup dans la terre à vrai dire), et je les transmets avec bienveillance, amour et neutralité. Bien sûr, il y a une certaine « alchimie » qui se fait dans le corps du thérapeute avant de transmettre les énergies qu’il reçoit, comme par exemple les « barreurs de feu » qui soignent les brulures, mais fondamentalement ce n’est pas notre énergie que nous transmettons, sinon on s’épuise vite.

Comprendre cela permet de laisser notre égo à sa juste place, ni trop ni pas assez (acceptez aussi vos dons quel qu’ils soient !), et de se laisser guider pour aller à l’essentiel : aider et soulager avec bienveillance, amour et neutralité.

Emmanuel du Ché

Retrouvez tous nos témoignages dans la rubrique « Témoignages »

Ateliers massage bébé le 3 décembre

Initiation au massage bébé « Shantala »

Massage global de tradition indienne. Il s’agit d’un massage de bien être à but non thérapeutique.
Le massage bébé est un formidable moment d’échange avec la maman et le papa. Il va permette de soulager les petits maux (coliques…), favoriser la détente, le sommeil, renforcer le lien d’attachement.
Lors de ces ateliers les parents vont apprendre les différents gestes du toucher bienveillant et partager des moments de tendresse et d’amour avec leur bébé.

Infos Pratiques :

Jeudi 3 décembre 2015 de 15h à 17h45.
Deux ateliers d’une heure et quart en fonction de l’âge de votre bébé :

  • 15-16h15 (groupe de bébés de 1 à 4 mois)
  • 16h30 -17h45 (groupe de bébés de 4 à 8 mois)

5 bébés sont acceptés par atelier.

Prix unitaire : 45 euros (20 € pour les demandeurs d’emploi et bénéficiaires du RSA)

Atelier animé par une sage-femme. 30 années d’expériences, certifié en massage bien-être et massage indien Shantala.

Inscription aux ateliers :

http://goo.gl/forms/OgD3QslbSc

Après l’inscription en ligne, envoyer un chèque d’acompte de 25 € (10 € tarif réduit) à l’ordre de Guillaume FILLION à l’adresse suivante : 9, rue Michel Faraday 93200 Saint-Denis.

Lieux :
Le Bâton de Parole
9, rue Ganneron – 75018 Paris
Rez-de-jardin – métro : Place de Clichy (ligne 13)

Pour toutes questions, appeler au 06 62 15 39 11

Il était une fois l’homme

Commençons par le début. Pour connaitre nos besoins en matière de nutrition, il faut comprendre qui nous sommes et comment nous fonctionnons.

Petite leçon de physiologie : Qui sommes-nous, que sommes-nous ?

Car enfin, qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout.«  Blaise Pascal

Entre l’infiniment petit et  l’infiniment grand se trouve l’humain

Sans titre-2
© Paramédical – D Caro / R Ferrera

Commençons par le commencement et rappelons-nous de quoi l’être humain est constitué.

Il existe 3 particules élémentaires dans l’univers les protons, les neutrons, les électrons qui constituent à elles trois toutes les matières vivantes ou non présentes sur notre terre. L’association de ces trois éléments forme les atomes et quatre d’entre eux, sont à l’origine de la chimie des êtres vivants : Le carbone L’hydrogèneL’oxygèneL’azote

Le corps humain possède plusieurs niveaux d’organisation depuis l’atome jusqu’aux différents systèmes.

  • Les atomes se lient entre eux et forment des milliards de molécules
  • Les molécules se regroupent et s’organisent pour former différentes sortes de cellules
  • Les cellules s’assemblent en différents tissus qui constituent les organes
  • Les organes sont organisés en systèmes imbriqués qui constituent le corps humain

Capture

Tous ces éléments sont en contact permanent avec l’eau qui représente environ 65 % de la masse corporelle et qui remplit différentes fonctions : Solvant, lubrifiant, refroidissement, hydrolyse et synthèse des molécules.

Près de 7 millions d’années après son apparition, à l’échelle macroscopique, l’HOMME n’est toujours qu’une composante de la nature et de l’univers.

Une bien étrange notion dont nous n’avons pas toujours conscience mais qui doit nous faire réfléchir sur la relation que nous entretenons avec notre environnement et que la vie moderne contribue chaque jour à altérer, car la nature c’est aussi nous !

 

Emmanuelle Lerbret – Naturopathe
santé-durableLOGO_2014-263x300

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑